bandeau chasse ardeche

Suite à l’incendie du mois de Juillet, la Web-Cam du Col de l’Escrinet est pour le moment indisponible.
Merci de votre compréhension

Pour approfondir les connaissances sur cette espèce, nous vous invitons cette saison par une opération de grande ampleur à récolter et nous faire suivre vos ailes de bécasses prélevées.

Devenez acteur de la recherche scientifique !

C’est une chasse en solitaire, dans les bois, au plus près du biotope. La chasse à la bécasse, c’est cette chasse noble qui permet de revenir aux fondamentaux : l’homme, le chien, le bois. Et l’oiseau. Un oiseau difficile à prélever, un des derniers gibiers à être resté sauvage. L’un des meilleurs aussi  pour régaler d’épicuriens convives…

Si la quête de la bécasse des bois rassemble les passionnés au sein de clubs, tels que le CNB, Club National des Bécassiers, le cercle de chasseurs est bien plus large : en Ardèche, chaque année, quelque 4000 PMA bécasse sont demandés. « Tout le monde est susceptible d’en croiser », explique Thierry Badiou, le président du CNB 07. Et il commente : « La chasse à la bécasse permet de décompresser. C’est là aussi que l’amour du chien s’exprime ». Un vrai beau moment de chasse donc.

Aussi, afin d’améliorer la connaissance de l’oiseau et de faire avancer la recherche scientifique à son sujet, le CNB 07 et la FDC07 s’associent et lancent une opération de recueil d’ailes de grande envergure.  Alors que 2 à 4000 oiseaux sont prélevés chaque année dans le département, les lecteurs d’ailes du CNB ne voient arriver que 10% d’ailes. Or c’est la lecture des ailes qui permet d’en apprendre plus sur l’oiseau migrateur : son âge, son taux de mue suspendue. L’analyse de ces critères permet d’évaluer le déroulement de la reproduction sur les aires de renouvellement de la population fréquentant l’Ardèche (Europe centrale, Europe orientale pour l’essentiel) et de mieux appréhender l’état de santé du volatile.

Le message est donc lancé à tous les chasseurs ardéchois : engagez-vous dans ce processus scientifique en faisant parvenir les ailes séchées (voir mode d’emploi pages suivantes) au lecteur du CNB07. Il suffit de glisser l’aile dans une enveloppe A5 affranchie pour moins de 20 grammes et de la faire parvenir à la FDC ou au « lecteur d’aile » directement avec les renseignements demandés (nom, prénom, contact du chasseur, numéro de la bécasse, date et lieu de capture, poids de l’oiseau). Chaque chasseur qui fera parvenir une aile recevra le résultat de la lecture. Une manière pour lui d’être acteur de la démarche jusqu’au bout.

Pour ceux qui veulent en savoir plus, le CNB07 organisera dès novembre des soirées lecture d’aile.

L’arrêté préfectoral n° 07-2019-06-11-001 relatif à l'ouverture et la clôture de la chasse pour la campagne 2019/2020 dans le département de l'Ardèche le spécifie : pour toutes les espèces d'oiseaux de passage, la chasse est  « interdite une demi-heure après le coucher légal du soleil pendant la période d’ouverture de toutes les espèces d’oiseaux de passage ».

A voir: le tutoriel concocté par le CNB 07 pour bien couper et faire sécher les ailes.


Prélever une aile : mode d’emploi

Le prélèvement d’une aile se fait par une section au niveau du coude de l’aile la moins abîmée de l’oiseau.

La stocker quelques jours à plat, déployée à son maximum. Une fois séchée, placer l’aile dans une enveloppe de format A5 avec le nom du chasseur, la date et la commune de prélèvement, le poids de la bécasse pesée au retour de la chasse.

N’oubliez pas d’indiquer votre adresse mail (ou postale si besoin) pour recevoir le résultat de la lecture de l’aile (âge, avancée de la mue, etc.)

Envoyer l’aile (tarif normal, moins de 20g) à Luc Aurousseau, 95 impasse des Hauts Chamets 07 170 Lussas ou à la FDC, à destination de Fabrice Etienne.


Zoom sur le CNB

logo CNB07Le CNB, club national des bécassiers, est une association agréée au titre de la protection de la nature, fondée en 1951.

Son but : défendre une éthique de la chasse et prôner le respect de l’oiseau et agir auprès des fédérations et des pouvoirs publics afin de renforcer les actions visant à améliorer la pratique de cette chasse. Profondément cynophile, il participe à des Fields trials et décerne des trophées dont le challenge de Callac.

Les travaux du club ont notamment permis d’obtenir : l’interdiction du tir à la passée ; l’interdiction du tir à la croûle, l’interdiction de la vente de la bécasse ; de retenir le 20 février comme date de fermeture en conformité avec les directives et les connaissances biologiques actuelles ; l’adoption d’un PMA  national avec carnet de prélèvement obligatoire.


 Thierry Badiou, président de la section ardéchoise du CNB

portrait Thierry BadiouThierry Badiou est le président de la section ardéchoise du CNB (club national des bécassiers) depuis mars 2018. Chasseur de longue date, il valide cette année son 40e permis ! Il est membre de l’ACCA de Chomérac, et chasse également sur la chasse de Rotissons. S’il chasse exclusivement du petit gibier, c’est parce que ce qu’il apprécie plus particulièrement, c’est le travail du chien.

Cet amoureux des canidés en possède en effet deux, un jeune pointer et un épagneul, sa race de prédilection. Il est d’ailleurs très impliqué dans l’organisation des Rencontres St Hubert départementales avec l’AACCA, Association Ardéchoise des Chasseurs au Chien d’Arrêt.

Il a rejoint le CNB 07 en 2011, en est devenu le président délégué en mars 2017 avant de succéder à Jean-Claude ETIENNE il y a 18 mois.

Son ambition pour le club est désormais de le dynamiser, grâce à un travail collectif. Outre un meilleur recueil d’ailes (voir ci-contre), il espère séduire et accompagner les jeunes chasseurs. Le CNB 07 est déjà plus présent sur les manifestations : il tenait un stand début juin à la fête du chien et de la chasse. Il devrait désormais s’associer plus régulièrement à la FDC 07 dans les événements qu’elle organise.

L’objectif que le club s’est fixé ? Mieux connaître la bécasse des bois (reproduction, population, chemin migratoire…). « C’est un point essentiel pour continuer à pratiquer la chasse sans mettre l’espèce en danger ». Tout en respectant les valeurs essentielles pour le président : « Défendre une éthique de chasse, respecter l’oiseau ».  Et de citer la devise du CNB : « Chasser le plus possible tout en tuant le moins possible ».